Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 16:32

 

Elle est allée pleurer face à l’océan

Et l’océan a bu son regard

Jusqu’à l’assécher sans égard

Pour son cœur et son âme de tourments

 

L’océan a volé toutes ses larmes et toutes ses amarres

Désormais il ne lui reste plus rien de vivant

Rien pour la retenir dans l’instant

Rien que le silence comme unique rempart

 

Alors l’océan l’appelle

Lui promet de combler le vide en elle

Et elle s’avance dans le flot bavard

Qui efface ses cauchemars

 

Elle s’enfonce dans les vagues d’eaux et de sel

Et l’eau et sel de la vie originelle

L’entrainent au plus profond de leur sortilège

Et elle s’y fond s’y désagrège

 

Elle est allée pleurer face à l’océan

Et l’océan à l’amour criminel

L’océan a bu son regard

Jusqu’à commettre le sacrilège

 

 

 

 

© Seshet Noun

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Seshet Noun - dans ELLE BRISEE
commenter cet article

commentaires

R.C.D 02/03/2010 21:16



proposition pour la suite de ton texte....
Mais dans un sursaut de vie qui restait enfouie en elle....
Elle s'est lancée de toutes ses forces en pensant à cette toute petite phrase qu'une amie lui avait dit un jour :
Lorsque tu as touché le fond tu ne peux que remonter...
Et le miracle s'est produit, elle s'est trainée jusqu'au rivage épuisée
mais finalement heureuse de vivre
car si la vie ne vaut rien
rien ne vaut la vie...
Et son âme de battante s'est réveillée : personne ne mérite de se donner la mort pour une idée ou une autre personne...
On peut tenter par désespoir mais lorsque nous sortons de l'impasse,
nous nous réjouissons : grandie de notre audace, fière d'avoir lutté...
Des pleurs, des déceptions elle en connaitrait encore mais elle avait désormais assez de force en elle pour ne plus jamais décider pour elle...
Et elle fit sienne ses mots : ose maintenant vivre ta vie car personne ne peut la vivre à ta place....
Efface le passé qui te ravage, oublie la haine, fais place au présent et à ce qu'il peut t'apporter de bon... Tu ne peux changer ce qui a été fait mais tu peux toujours changer le cours des
choses aujourd'hui et demain t'appartiennent...
fin de l'histoire
et gros bisous à toi en espérant que ces quelques mots t'auront donné un peu plus le moral.
je te donne aussi RV sur mon blog : http://www.artdelicat.over-blog.com
Régine   



Seshet Noun 15/03/2010 00:52



Merci Régine de vouloir me remonter le moral, c'est très gentil. Je touche parfois le fond, peut-être même trop souvent (je suis dans une très mauvaise période), mais toujours je remonte, il n'y
a pas de quoi s'inquiéter. Des passages difficiles, tout le monde en connait... comme des bons moments !


"Fin de l'histoire" ?! Oui, mais il n'y a pas de fin à mon histoire. Elle est éternelle. C'est l'histoire du désespoir, de la tristesse infinie... Et les vers tragiques de ce poème
correspondaient beaucoup mieux à l'humeur de ce moment-là, à mon sentiment... De plus, j’aime la poésie un peu sombre, les ambiances sur le fil du rasoir, le moment ou tout bascule, s’effondre ou
s’apprête à disparaître… Alors, non, ce texte ne pouvait laisser paraître le moindre soubresaut d'espoir... De l'espoir, de l'amour, de la vie, il y en a ailleurs, dans d'autres de mes vers,
d'autres histoires... Trop peu, peut-être, car, il est plus vital pour moi d'évacuer, "d'exorciser le mal" par l'écrit, et de simplement et pleinement vivre mes bonheurs...
… Car bonheurs il y a !

Je n’ai plus tellement accès à internet pour le moment, mais dès que j’en ai l’occasion je passe sur mon blog répondre aux messages, déposer quelques textes (publiés au fur et à mesure) et je
laisse, quand j’en ai encore le temps, quelques mots sur les blogs d’autres internautes… Il ne faut pas désespérer, je passerai chez toi… (Là, il est tard et je vais me coucher, je me lève tôt
demain !)

A bientôt.
Seshet



Topirate 07/02/2010 00:13


En tant que Pirate (gentil pirate), je ne peux qu'être sensible à l'océan. La mer est omiprésente dans ma vie, plutôt Méditerranée qu'égée ou d'Iroise. C'est une bouffée d'oxygène qui permet de se
ressourcer, de s'y fondre pour ne faire qu'un. La nature s'invite ainsi.

Absorbée par les flots sans corde de rappel
Intégrée au tourment des vagues protectrices
Elle chemine seule sans aucun artifice
Consciente de ce que la vérité révèle

En pleine transformation au plus profond de l'eau
Elle attend le moment qui pour elle l'entraîne
A décider de son sort pour aller crescendo
Devenir au final une belle sirène. 

A bientôt
Roland


Seshet Noun 08/02/2010 20:02


Elle songeait devenir sirène
Mais se noyait dans une goutte d'eau,
Aussi tira-t-elle le rideau
Sur ses rêves de polystyrène !

Bonne semaine sur l'océan des mots, pirate Roland.
A bientôt,
Seshet


Sally Segh 06/02/2010 21:32


Un bien merveilleux poème mélancolique. J'ai été là comme spectatrice

Bonne soirée


Seshet Noun 08/02/2010 19:24



Merci, Sally. Le fait que tu aies cru voir la scène me laisse espérer que ce texte n'est pas trop mal écrit !

Bonne semaine et à bientôt !



Ondine 06/02/2010 00:56


La musique mélancolique de ton poème m'emporte comme une vague sur l'océan des larmes...
Bonne et douce nuit Seshet
Bisou
Ondine


Seshet Noun 06/02/2010 01:10



Ne te laisse pas submerger par des vagues de tristesse sur l'océan des larmes...

Douce nuit, Ondine.
Bises,
Seshet



Michel 05/02/2010 23:32



à croire que tu es passée sur l'îlot du grand Bé, à st Malo, et que tu es restée contempler les flammes des vagues sur l'oeuvre de Chateaubriand.



Seshet Noun 06/02/2010 00:19



Sympa... Enfin, je crois ... J'ai jamais lu Chateaubriand et je ne suis pas à St Malo non plus !
Mais l'océan s'offre à mon regard, chaque jour...



Chaos D'écritures

  • : Chaos d'écritures
  • Chaos d'écritures
  • : "Ici commence le temps de l'anarchie universelle, de la liberté ; l'état naturel de la nature, le temps antérieur au monde." (Novalis) Née du chaos primordial de la création, dans un océan d'écriture, je laisse des traces d'encre, des mots, des lignes chaotiques sur tout ce que je touche... En éternelle dilettante ! ©Seshet Noun Tous droits réservés.
  • Contact