Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 20:01

 

 

Un navire qui s'enfuit

Dans la glaciale nuit

Mais le vent le poursuit

 

Rivage découpé

Ecume sur les rochers

Lames aiguisées

 

Ondes ombrageuses

Mer furieuse

Ô tempête outrageuse

 

Dans l'abîme infini

Larmes frayeurs et cris

Des âmes englouties

 

Vagues fracassées

Rêves brisés

Le temps d'une éternité

 

La lune attristée

Doucement pâlie

D'une brume vaporeuse

 

Diaphane clarté

Sur l'onde assoupie

Profane et rêveuse

 

 

  © Seshet Noun 

Partager cet article

Repost 0
Published by Seshet Noun - dans ROUTES DU MONDE
commenter cet article

commentaires

Ghregg 16/02/2010 00:14


Le support papier est irremplaçable. Il manque l'odeur et le toucher sur ces blogs cybériens. Il manque l'objet. Les caractères sont tellement plus beaux sur le livre...
La vraie innovation est sociale..
Bise Seshet.


Seshet Noun 21/02/2010 14:56



Je garde, moi aussi, une véritable préférence pour la chaleur et la beauté du papier... Mais, il faut l'avouer, nos poèmes et autres écrits bénéficient, sur le Net, d'une large diffusion,
inespérée sur papier ! Sans parler du lien social qui se crée... mais qui reste uniquement dans l'espace froid du monde cybérien.

A bientôt,
Seshet


Michel 10/02/2010 20:38


Il ne pouvait y avoir qu'un Villon. ;-)


Seshet Noun 10/02/2010 22:38


 Mmmvoui...


Michel 10/02/2010 20:23


J'en suis intimement persuadé. J'ai un seul argument, mais il est de poids. François Villon est parvenu jusqu'à nous parce que son écriture a correspondu temporellement à une révolution médiatique
: l'imprimerie de Gutemberg.


Seshet Noun 10/02/2010 20:36



... Et combien d'autres ont sombré dans l'oubli malgré cette innovation médiatique ?

Mais passons de la coque (du navire perdu) à l'accord... J'ai écrit un petit poème en résonance à "De l'accord pour se pendre" : "Nos accords perdus"... Juste pour info !

Bises,
Seshet



Michel 09/02/2010 23:56


Ton écriture reste ainsi qu'un vestige survivant aux longues heures cybériennes passées à en arpenter d'autres. Personnellement, je suis de plus en plus convaincu que n'existe vraiment que ce qui
dure, en écriture comme en tout !
Bisous amiga. 


Seshet Noun 10/02/2010 19:44



Laisserons-nous, derrière nous, un bateau ivre de nos mots ? Ou des épaves à jamais perdues au plus profond de l'océan cybernétique ? Sommes-nous capable de nous inscrire dans ce qui dure ?
Existons-nous ?



Chaos D'écritures

  • : Chaos d'écritures
  • Chaos d'écritures
  • : "Ici commence le temps de l'anarchie universelle, de la liberté ; l'état naturel de la nature, le temps antérieur au monde." (Novalis) Née du chaos primordial de la création, dans un océan d'écriture, je laisse des traces d'encre, des mots, des lignes chaotiques sur tout ce que je touche... En éternelle dilettante ! ©Seshet Noun Tous droits réservés.
  • Contact