Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 10:03

 

Neige M Fermine"C'était une nuit de pleine lune, on y voyait comme en plein jour. Une armée de nuages aussi cotonneux que des flocons vint masquer le ciel. Ils étaient des milliers de guerriers blancs à prendre possession du ciel. C'était l'armée de la neige."

Au Japon, à la fin de XIXe siècle, le jeune Yuko s'adonne à l'art difficile du haïku. Désireux de perfectionner son art, il traverse les Alpes japonaises pour rencontrer un maître. Les deux hommes vont alors nouer une relation étrange, où flotte l'image obsédante d'une femme disparue dans les neiges.
Dans une langue concise et blanche, Maxence Fermine cisèle une histoire où la beauté et l'amour ont la fulgurance du haïku.
On y trouve aussi le portrait d'un Japon raffiné où, entre violence et douceur, la tradition s'affronte aux forces de la vie.

Encres et dessins de Georges Lemoine

 

 

J'ai choisi ce livre pour la poésie, pour l'art, pour le Japon, pour le voyage, pour l'Amour, pour l'écriture que j’espérais adroite... Et s'il y a effectivement des passages d'une merveilleuse poésie :

"Ce fut un voyage vers le soleil de son cœur. La pureté du monde et de sa lumière s'offrait à son regard. En marchant lentement sur le chemin, Yuko ressentit une joie pure et étincelante. Il était libre et heureux. Il emportait pour seul bagage l'or de sa foi en l'amour et en la poésie."

ou d'une immaculée beauté :

"A trop vouloir l'aimer, il en perdit la peur de la neige. Et c'est elle qui faillit l'avaler de son amour."

et d'autres d'une sagesse toute asiatique:

"Le deuxième matin, le maître demanda à Yuko de fermer les yeux et il dit :
- La lumière est intérieure, elle est en toi. Seule la couleur est en-dehors. Ferme les yeux et dis-moi ce que tu vois.
- Maître, dit Yuko, je vois la lumière blanche de la neige.
En disant cela, Yuko eut envie de rire. C’était une belle matinée de printemps. Le soleil chauffait comme une enclume.
- C’est vrai, dit Soseki, cet hiver, il y a eu beaucoup de neige à cet endroit. Tu commences à devenir voyant."

oui, à part ces quelques bons passages et quelques charmants autres, pris isolément, globalement j'ai été déçue.

Il y a des lourdeurs :

"Elle était morte. Elle dormait sous un mètre de glace." (fin du ch.15)


immédiatement suivi de :


"Elle ne dormait pas vraiment. Elle était morte." (début du ch.16)

... On va finir par le comprendre que la morte ne dort pas!

Mais je m'emporte sur un détail. Disons simplement que quelques maladresses viennent gâcher le tableau et que j'ai décroché sur plusieurs moments de cette histoire, un peu ennuyeuse
.

Donc, rien que pour profiter des jolies phrases poétiques et l'ambiance dépaysante, c'est un livre à lire. Certes, il ne vaut pas qu'on s'y attarde trop, non plus. A lire rapidement, d'autant qu'il est très court, entre deux bons bouquins, ou par petits bouts lors des courts trajets en bus, par exemple.

Je sais, c'est presque le niveau zéro de la critique littéraire mais, comme je suis frileuse, je n'avais pas tellement envie de m'étendre sur la "Neige"...

Partager cet article

Repost 0
Published by Seshet Noun - dans chaos de lectures
commenter cet article

commentaires

manU 29/10/2012 22:29


J'ai adoré ce livre, un vrai moment de plaisir en ce qui me concerne mais il laisse certaines personnes de glace...


Les goûts et les couleurs...

Seshet Noun 02/11/2012 17:50



Bonjour manU,


Merci de ton petit mot.


Oui, comme toi, beaucoup de personnes semblent avoir apprécié ce livre. J'en attendais donc sans doute beaucoup trop, d'où certainement une partie de ma déception. Pourtant, j'ai apprécié
certains passages plutôt poétiques, mais l'oeuvre dans sa totalité ne m'a pas emmenée...


Ah! "Les goûts et les couleurs..."



Chaos D'écritures

  • : Chaos d'écritures
  • Chaos d'écritures
  • : "Ici commence le temps de l'anarchie universelle, de la liberté ; l'état naturel de la nature, le temps antérieur au monde." (Novalis) Née du chaos primordial de la création, dans un océan d'écriture, je laisse des traces d'encre, des mots, des lignes chaotiques sur tout ce que je touche... En éternelle dilettante ! ©Seshet Noun Tous droits réservés.
  • Contact