Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 21:06

 

Prédateur M Chattam

Une guerre sans nom. De jeunes soldats sauvagement mutilés dans des mises en scène effroyables. Mais l'ennemi n'est pas le coupable. Pour le lieutenant Frewin, fasciné par le langage du sang, il ne peut s'agir que d'un psychopathe, un monstre de ruse et sadisme, un prédateur cruel et archaïque qui va les décimer un par un...

 

Renouant avec la veine de sa Trilogie du Mal, Maxime Chattam nous propulse dans un vortex de terreur, imposant une fois encore son univers mystérieux et sanglant. Plus qu'un thriller, un guide de survie !

 

Le début est prometteur : un meurtre étrange, l'imminence d'un départ pour le front –c'est la guerre–, des personnages poussé dans leur noirceur par cet environnement instable et "sauvage" (c'est tout plein de testostérone là-dedans!). Ensuite, il y a des passages où, malheureusement, on devine un peu trop facilement quand et comment M.Chattam –ou son tueur– veut nous mener en bateau.


Malgré quelques regrettables longueurs et parfois trop de blabla pour exprimer et expliquer des opinions, l’idée de base est bonne. Les meurtres, la cruauté, la violence, la tension, la peur, le côté sombre de chaque être sont bien dépeints. M.Chattam sait toujours aussi bien créer l’ambiance de ses romans. Il nous décode « le langage du sang ». Nous montre l’horreur dans sa nudité, la peur palpable et la cruauté dans toute son humanité !... Il se sert de son roman pour dire la barbarie humaine et la monstruosité qui se cache en chacun de nous…

 

Dans l'ensemble, c’est un bon thriller. Il y a de la tension, des meurtres bien sanglants, des fausses pistes, des personnages ambigus et la guerre qui bouscule les règles établies... C'est d'une noirceur effrayante !


« La peur est le plus puissant des moteurs. La peur transforme les hommes. Elle peut les détruire, ou bien les rendre invulnérables. La peur dope les esprits, ou les réduit en bouillie. Elle est instrument d'asservissement, elle n'a pas de limite. Qui contrôle la peur contrôle l'homme. »


Repost 0
Published by Seshet Noun - dans chaos de lectures
commenter cet article
22 novembre 2009 7 22 /11 /novembre /2009 13:16

4ème de couv. :

"À Paris, dans les années soixante, Momo, un petit garçon juif de douze ans, devient l'ami du vieil épicier arabe de la rue Bleue. Mais les apparences sont trompeuses : Monsieur Ibrahim, l'épicier, n'est pas arabe, la rue Bleue n'est pas bleue et l'enfant n'est peut-être pas juif."


Sous ses allures d’homme sage et compréhensif, le discret et sympathique Monsieur Ibrahim cache, comme Momo, nombre de fêlures. Momo traine sa tristesse avec lui. Il vit dans un univers confiné entre la froideur de son père et la tendresse des prostituées. Au contraire, le chaleureux Monsieur Ibrahim aime la vie. Grâce à lui, Momo apprendra à sourire, à s’accepter, à apprécier les bonheurs simples et la Vie.

Une histoire charmante et non dénuée d’humour malgré les drames vécus par les personnages… Mais je suis déçue. Je m'attendais à un livre qui s'adresse aux adultes, or c'est plutôt au rayon jeunesse qu'il faudrait le classer !

Cette nouvelle sur le passage initiatique de l’enfance à l’âge adulte, nous offre une réflexion, un peu simpliste et pas originale, sur l’amour, la joie de vivre et la tolérance. L’écriture, essentiellement du dialogue, est simple ; le livre, très court et imprimé en gros caractères, est très facile et rapide à lire. Quelques pétales de sagesse à cueillir dès 11 ans !

Il ne serait pas étonnant que cette nouvelle vous rappelle, nettement, “La vie devant soi” de Romain Gary... un auteur formidable, que je vous conseille de lire.

A bientôt,
Seshet

NB :
"Monsieur Ibrahim et les Fleurs du Coran" est le 2ème volet de la “ Trilogie de l’Invisible ” du même auteur. Le 1er volet, “Milarepa”, est consacré au bouddhisme et le 3ème, “Dernière nuit sur la terre”, au christianisme.
Repost 0
Published by Seshet Noun - dans chaos de lectures
commenter cet article
21 septembre 2009 1 21 /09 /septembre /2009 13:30

Ce mois-ci, je me suis replongée dans "L'abîme et autres récits" de Sadeq Hedayat et je relis avec plaisir "Mirages" de Issa Makhlouf... entre autres ouvrages de nouvelles, de mythes, de contes et de poésie. J’aime varier les plaisirs, je parcours très souvent plusieurs ouvrages en même temps (Trop ?! Est-ce encore dû à cette fâcheuse tendance à m’éparpiller qui fait des siennes ?). Je flâne entre textes courts et poèmes tout en lisant, au moins, un roman ou, parfois, un essaie. En ce moment, c'est "Le taoïsme" de Marc Halévy. Une synthèse claire sur le taoïsme philosophique (Tao-chia), son histoire, ses "sages" et ses principes. Il me paraît être un bon ouvrage pour aborder le sujet. J'en  dirai peut-être plus quand j'en parviendrai à la fin.

 

 

Je viens, également, de faire le plein de livres d'occasion (rien qu'une toute petite, minuscule dizaine parce qu'il faut savoir se retenir... mais ce n'est pas facile du tout !), dont "La cage entrebâillée" de Lao She (Souvenez-vous, j’avais adoré "Le Pousse-pousse"[cf. réponse à la question 3]) et "La Dame n°13" de José Carlos Somoza... Je suis particulièrement impatiente d’en commencer la lecture !

 

Que lisez-vous en ce moment ? Quels sont vos chouchous de cette rentrée littéraire (puisque rentrée littéraire il y a… paraît-il ^-^) ?

Avez-vous déjà lu un des ouvrages ou des auteurs cités ci-dessus ? Qu’en avez-vous pensé ? (sans trop dévoiler l’intrigue des romans, svp !)

 

Au plaisir de découvrir vos avis et vos lectures,

Seshet

Repost 0
Published by Seshet Noun - dans chaos de lectures
commenter cet article
14 juillet 2009 2 14 /07 /juillet /2009 20:19
Un titre intrigant, une couverture originale, une quatrième prometteuse, un thème passionnant, les conseils avisés d’amis/internautes-lecteurs, de « mes » libraires ou de « mes » bibliothécaires, un incipit prometteur, quelques phrases picorées au cœur de l’ouvrage, d’autres livres d’un même auteur déjà apprécié une première fois… Voilà comment je choisis quelques-unes de mes lectures. Et vous ?

@+
Seshet
Repost 0
Published by Seshet Noun - dans chaos de lectures
commenter cet article
14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 07:51

Eh oui ! Il fallait bien que ça arrive un jour ! J'ai été enrôlée par Emile Zona dans une de ces chaînes qui circulent sur le Net. Et comme tout arrive, j'y réponds avec à peine quelques mois de retard… La procrastination est un art que je maitrise relativement bien ! !

En quoi consiste cette chaine ? C’est simple, il suffit de répondre à quelques questions et de passer le relais... C'est d'autant plus agréable que ces questions concernent la lecture, une dose quotidienne d'évasion que je consomme sans modération ! !

 

 

1 - Quel est le dernier livre que vous avez acheté ET terminé ?

 

Aïe ! Simple, j'ai dis c'est simple et pourtant je butte sur la 1ère question. Le dernier livre que j'ai lu entièrement, je ne me le suis pas acheté personnellement mais je me le suis fait offrir, mais comme c'est moi qui l'ai choisi, ça compte ? C'est :

  

 

"La théorie Gaïa" de Maxime Chattam.

 

"Imaginez que des émissaires de la Commission européenne sollicitent vos compétences pour résoudre un problème urgent... et top secret.

Imaginez que votre femme soit envoyée sur une île au bout du monde avec un parfait inconnu, et que l'on perde tout contact avec eux.

Imaginez que vous vous retrouviez isolé par une terrifiante tempête au sommet d'une montagne en compagnie de scientifiques mystérieux.

Imaginez que le nombre des tueurs en série ait été multiplié par dix depuis cinquante ans.

Imaginez que ces événements soient liés par la violence des hommes.

Vous n'avez toujours pas peur ?

Vous devriez..."

 

Un thriller captivant qui aborde le sujet de la Vie en tant qu'organisme assurant sa propre survie... Au détriment de celle de l'être humain ? C'est presque philosophique et tellement dans l'air du temps !

 

Amis écolos, à vos lectures !

 

Euh... Sinon, le dernier livre que j'ai personnellement acheté de moi-même, de ma volonté propre ET avec mes petits soussous à moi, c'est... Euh... J'crois qu'il faut que j'fasse quelques recherches ! J'ai du mal à faire le tri entre ceux que j'emprunte à la bibliothèque ou à des amis, ceux que l'on m'offre, ceux que l'on me prête, ceux que j'offre à mon Chéri, ceux que lui achète sachant qu'ils me feront également plaisir, ceux qu'il possédait déjà avant de me rencontrer, ceux que l'on achète ensemble, ceux que, enfin, j'ai acquis par moi-même récemment ou non... Je lis beaucoup et la provenance du livre m'importe peu... Alors plutôt que de me prendre la tête, je vais en rester là.

 

2 - Quel est le livre que vous êtes en train de lire ? Qu'en pensez-vous pour l'instant ? Quelle est la phrase qui se trouve à la ligne 13 de la page 42 ?

 

Je viens de commencer la lecture de deux livres :

  

 

"Le pingouin" de Andreï Kourkov.

 

Pour l'instant, je n'en suis qu'à la page 53, il m'est donc difficile de donner mon avis sur ce livre. Je me contente donc de dire que c'est un roman à suspens, drôle, original et décalé sur les aventures d'un homme naïf et d'un pingouin mélancolique.

 

"A Kiev, Victor Zolotarev et le pingouin Micha tentent péniblement de survivre. Victor, journaliste, est sans emploi et Micha, rescapé du zoo, traîne sa dépression entre la baignoire et le frigidaire de l'appartement. Lorsque le patron d'un grand quotidien offre à Victor d'écrire les nécrologies -les "petites croix"- de personnalités pourtant bien en vie, Victor saute sur l'occasion. Un travail tranquille et lucratif.

Mais un beau jour, Les "petites croix" se mettent à mourir, de plus en plus nombreuses et à une vitesse alarmante, plongeant Victor et son pingouin neurasthénique dans la tourmente de ce monde impitoyable et sans règles qu'est devenue l'ex-Union soviétique."

 

Ligne 13 page 42 :

 

" Victor, Sergueï et Micha se dirigeaient à pas lents vers un terrain vague où s'élevaient trois pigeonniers."

 

 

 

  

“Thé et Tao : L'art chinois du thé” de John Blofeld

 

Je dois dire que pour le moment, je trouve ce livre intéressant et assez charmant. Au fil des fragrances du thé et de ses saveurs, il me fait voyager aussi bien dans l’espace que dans le temps… Le thé, toute une culture !!

 

"Bien qu'il ne comporte aucune règle fixe et s'exerce sans cérémonie, contrairement aux pratiques japonaises, il existe bien un art chinois du thé, qui trouve sa source dans les splendeurs disparues de la Chine ancienne et dans l'esprit du Tao. Ce ch'a-shu nous est présenté ici par John Blofeld. A travers des personnages hauts en couleur - anachorètes taoïstes, artisans et poètes -, ce grand découvreur de l'Orient nous fait revivre tout un chapitre de l'histoire culturelle et spirituelle chinoise.

Son livre, qui est aussi un manuel pratique, nous introduit dans un univers fascinant où le monde des sens nous éveille à celui du Tao."

 

Ligne 13 page 42 :

 

"Le tribut du thé à l’époque Song

Maints thés exquis produits jusqu’à ce jour dans la province de Fou-kien (Fujian) en Chine du Sud, encore que peu connus à la période T’ang, devinrent la principale source du thé du tribut sous les Song, dès 976."

 

3 - Choisissez un de vos livres favoris. Quel est-il ? Pourquoi fait-il partie de vos favoris ? Quelle est la dernière phrase qui se trouve à la page 65 ?

 

Un de mes livres favoris lu récemment est :

 

 

"Le Pousse-pousse" de Lao She.

 

"Le Pousse-pousse, le plus célèbre roman de Lao She, ce sont les aventures de Siang-tse le Chameau dans le Pékin des années vingt et trente. Sa grande ambition et de posséder son propre pousse-pousse.

Dans cette ville où tout est régi par la guerre, l'argent, le danger, il ira de désillusion en désillusion et ne connaîtra que la déchéance et le désenchantement. Mais c'est aussi le roman du petit peuple de Pékin, un Pékin aujourd'hui disparu, que Lao She fait vivre, avec humour, sous nos yeux : celui de Siang-tse, de Tigresse et de Petite Fou-tse, celui des petits métiers, celui des colporteurs, avec leur langue savoureuse, leurs misères et leurs fêtes."

 

Le malheur accable sans cesse notre pauvre Siang-tse qui tente pourtant simplement de vivre honnêtement. Il nous conduit dans les rues de Pékin à la rencontre d'une autre culture, d'un autre peuple, avec ses coutumes et ses misères, d'une autre pensée. C'est un roman profondément humain. On ne peut s'empêcher d'éprouver de la tendresse et de la compassion pour notre "héro". On sourit à ses maladresses et devant sa grande naïveté (voire sa bêtise!). Et, l'air de rien, on s'accroche à cette histoire qui se lit très facilement. Une lecture très agréable, grâce à une écriture légère et simple, (ce n'est, ici, pas péjoratif du tout!)  bien que l'histoire en soit dramatique. Les mésaventures de Siang-tse sont vraiment touchantes et présentée avec un humour fin qui nous accroche jusqu’à la fin !

 

Dernière phrase de la page 65 :

 

" – […] Tu sais, je pense, que nous avons été entre-temps à Shang-haï ? "

 

4 - Quel est le dernier livre que vous avez lu et pas vraiment aimé et pourquoi ?

 

  
"Le Chat qui venait du ciel" de Takashi Hiraide


"
Voici un roman touché par la grâce, celle d'un chat "si petit et si frêle qu'on remarquait tout de suite ses oreilles pointues et mobiles à l'extrême".
Quand un jeune couple emménage un jour dans le pavillon d'une ancienne demeure japonaise, il ne sait pas encore que sa vie va s'en trouver transformée. Car cette demeure est entourée d'un immense et splendide jardin, et au cœur de ce jardin, il y a un chat. Sa beauté et son mystère semblent l'incarnation même de l'âme du jardin, gagné peu à peu par l'abandon, foisonnant d'oiseaux et d'insectes. Tout le charme infini de ce livre tient dans la relation que le couple va tisser avec ce chat qui se fond dans la végétation exubérante pour surgir inopinément, grimpe avec une rapidité fulgurante au sommet des pins gigantesques, frappe à la vitre pour se réconcilier après une brouille. Un charme menacé, car ce qui éveille en nous la beauté et appelle le bonheur est toujours en sursis...
Hiraide Takashi, qui est avant tout poète, a insufflé une lumineuse et délicate magie à cette histoire du "chat qui venait du ciel", son premier roman, largement autobiographique."


Chose rare, je ne l’ai même pas terminé… Le très grand charme et la beauté de certains passages n’a, simplement, pas compensé mon ennui.

 

5 - Quels sont les 5 bloggers à qui vous passez le relais et pourquoi ?

 
Je passe le relais à :

 

1/ Hibou Myope (Obsédé textuel), mon maître en procrastination (l’élève peut-il, réellement, dépassé le maître !?)… Mais je l’ai, également, choisi parce que j’aime la musique de ses mots ;

 

2/ Claudius parce qu’il est abracadabrant… tout simplement ;

 

3/ Mary qui, malgré le temps passé depuis la création de son blog, ne sait toujours pas quoi y écrire (C’est l’occaz !) ;

 

4/ Pascal, le poétographe… décalé, forcément ;

5/ Danyel parce que la lecture c'est Chouette aussi.

Bonne lecture à tous,
Seshet

Repost 0
Published by Seshet Noun - dans chaos de lectures
commenter cet article
12 novembre 2008 3 12 /11 /novembre /2008 08:37

Sommes-nous maîtres de nos vies... ou de simples pions entre les mains d'individus tapis dans l'ombre ?? A quel point les vérités de nos histoires, de nos vies, et finalement de l'Histoire, sont-elles manipulées ?...

 

« C’est à ce moment qu’elle la vit. Juste derrière elle. Cette fois aucune illusion d’optique, aucune crise de fatigue. Une ombre humaine se reflétait dans la glace. Haute et massive. Juste derrière le rideau de douche. Sans aucun doute possible. À moins d’un mètre d’elle. » Des ombres glissent sur les miroirs, se faufilent et disparaissent... Yaël les a vus et sa vie va désormais sombrer dans le cauchemar sans nom.

 

Les premières pages peuvent vous laisser penser que Maxime Chattam a renoué avec le genre fantastique. Détrompez-vous ! Ce nouveau roman est ancré dans le réalisme, la modernité et... le mystère. Un groupe d’initiés, reliés par des sociétés secrètes, influence l’histoire à l’échelle mondiale. Ces obscures maîtres du monde se jouent de nos destinés, nous manipulent et, avec Yaël, nous plongeons dans le chaos. Se basant sur des "mystères", des coïncidences étranges mais avérées, l’auteur nous livre sa théorie de la conspiration et de la manipulation de masse. Il nous entraîne dans une course contre la montre, une course pour la vérité... Il est difficile de ne pas penser à " l’Echiquier du Mal " de Dan Simmons, mais je trouve "Les arcanes du chaos" plus abordable, plus rythmé, plus facile à lire.

 

Maxime Chattam bouscule notre quotidien et y tisse des fragments de son intrigue. Nous passons de l'autre côté du miroir pour y découvrir l'autre face de notre si tranquille vie. C'est là que nous basculons irrémédiablement dans les affres du pouvoir, de l'ésotérisme, de la paranoïa... Précipitée dans une course-poursuite haletante.

 

Un bon Chattam (même si ce n’est pas mon préféré !). Un de ses romans les plus "mystiques". Un livre qui ne vous lâche plus. Les chapitres se succèdent frénétiquement de périples en péripéties, d’angoisses en tentions. Une paranoïa exacerbée et un rythme haletant vous feront transpirer à la lecture de ce livre. Entrez dans le monde des ombres, votre vie changera définitivement. Plongez au plus profond du chaos et découvrez-en les arcanes… En sortirez-vous indemne ?

 

Entre thriller et critique sans concession du nouvel ordre mondial, un livre qui se poursuit même au-delà de sa simple lecture, au-delà du miroir...


Surpris !
Seshet
Repost 0
Published by Seshet Noun - dans chaos de lectures
commenter cet article
10 novembre 2008 1 10 /11 /novembre /2008 11:59

Dans l'église Saint-Eustache, à Paris, des anges plutôt originaux -par rapport à l'image qu'on s'en fait habituellement- et quelque peu je-m'en-foutistes veillent à la morale des paroissiens. La vie est belle et tranquille dans la petite paroisse. Les anges s’y sont installés dans une confortable petite routine soudainement perturbée par le comportement étrange et suspect de leur curé… Ils découvrent que des petits démons rouges ont envahi leur paisible église. Quel plan diabolique préparent-ils ? Comment les arrêter ? Quel est le rôle du prêtre dans cette démoniaque affaire ?...

 

Le scénario est simple et tourne, comme souvent, autour d’une confrontation entre le Bien et le Mal. Mais l’histoire est traitée dans un style parodique. C’est une jolie farce, intelligente et originale. Les personnages, drôles et tout à fait caricaturaux, sont très attachants. Il y règne beaucoup de légèreté et de bonne humeur parmi ces Anges ! Le graphisme tout en rondeur est mis en valeur par une palette de couleurs bien pensée qui lui donne chaleur et profondeur. Un album sympathique et très divertissant. La lecture de ce 1er tome est fort agréable et peut parfaitement se concevoir comme un one-shot grâce à une fin cohérente et autonome.

 

La guerre du bien contre le mal comme vous ne l'avez jamais vue ! Un plaisant conte fantastique mâtiné d'humour, où les petits anges ne sont pas toujours très... catholiques ! Ainsi soient-ils ! Un bon divertissement sans grande prétention… A lire sans confession !!

 

 

Bonne lecture !

Seshet

Repost 0
Published by Seshet Noun - dans chaos de lectures
commenter cet article
17 juin 2008 2 17 /06 /juin /2008 21:53
Faces de rat, tome 1 : La peste

 

BOUQUIN D'ILLUSTRATIONS DE TRONCHES DE RATS...
TERRIBLEMENT TRASH !

Attention ! les rats sont partout... c'est l'invasion !
"Ils grignotent, fument, brûlent, crèvent entre les pages, se glissent dans ce livre,
et ce livre va bientôt à son tour envahir toute les bibliothèques."
Vous êtes prévenus ! ! !



 

Faces de rat, tome 2 : Le RetourFaces de rat, tome 2 : Le Retour

Un 2ème album d'illustrations ? !
Ben voui ! Ptiluc aussi doit payer ses impôts ! ! !

Alors oui ! ils reviennent nos petits amis... les rats !
Tellement humains... et toujours aussi déjantés !




Deux albums bien sympathiques ! L
e ton y est grinçant et la critique acerbe. Si vous êtes fans d'humour noir, saignant et plutôt glauque, vous ne serez pas déçus.

Les doux effluves  des décharges, c’est un peu la poésie des dépotoirs ! Un doigt -un museau de rat!!- pointé sur un ciel gris, un environnement pollué, une société pourrie... Les modes, les phénomènes de société, les américains, tout y passe ! Les schtroumfs, Mickey, Titeuf s'en prennent plein la tête ! Ptiluc et ses rats -si fortement humains- ne font pas de différences et tapent dans le tas.

 Le
graphisme est particulièrement intéressant dans le 1er volet avec l'utilisation de différentes techniques, notamment le collage.
Chaque planche est un unique dessin, sans texte, qui serait d'ailleurs inutile tant l'illustration est expressive.

C'est fort drôle, absolument décapant et horriblement jouissif ! ! !

A bientôt,
Seshet

Repost 0
Published by Seshet Noun - dans chaos de lectures
commenter cet article
15 juin 2008 7 15 /06 /juin /2008 11:43

Un fabuleux voyage poétique au cœur de la Vie... et de ses mystères.

Magnifiquement écrit, ce texte, de mots simples et puissants, nous attire au-delà de leur seul sens. Nous embarquons sur le voilier de la vie dans un monde beau et cruel, fort et profond. Remontons l'espace et le temps, vers une aube nouvelle...

***
Extraits :


Une voile m'apporta...



*
**

  Nous voyageâmes longtemps à travers les archipels du désir. Les côtes rocheuses se découpaient comme une toile rongée par l'acide ; les îles s'essaimaient dans l'eau bleue : appels, clignements d'yeux, gestes lointains qui faisaient planer une aura de volupté. Cependant, la tendresse n'était pas exclue du flot qui ourlait la roche, écumait sa présence en une abondante mousse de joie. Nous quêtâmes sans impatience, chiens de chasse sur la grande plaine liquide. Jamais nous ne tombâmes en arrêt. A la poupe et à la proue, les ancres immobiles paradaient leur impatience sous une apparence sèche et pointue. Le ciel n'avait pour voile que la nuit dont la paupière bleutée scintillait de trésors égarés jusqu'à l'instant où, se relevant, un regard de feu s'installait pour la journée, fixé dans une longue errance où chaque coin de terre était minutieusement inspecté.
  Un jour enfin le signe apparut.






***

[...]

Œil  insondable et clair allumant  le néant
Projette sur la vie un rêve de puissance,
Fais harmonieusement se créer la cadence
Toi l'unique regard de cyclope géant.

[...]

Centre de création, cercle immortalité
Offrant une raison d'être et d'avoir été.

Foyer de toute chose où la mort est muette.

 

 

 


***

Je tendis la main mais ne rencontrai que le vide de ma souciance, que l'implacable résistance du vide...

*** *** ***


A bientôt,
Rose rougeSeshetCoeur rougeSoleil

Repost 0
Published by Seshet Noun - dans chaos de lectures
commenter cet article

Chaos D'écritures

  • : Chaos d'écritures
  • Chaos d'écritures
  • : "Ici commence le temps de l'anarchie universelle, de la liberté ; l'état naturel de la nature, le temps antérieur au monde." (Novalis) Née du chaos primordial de la création, dans un océan d'écriture, je laisse des traces d'encre, des mots, des lignes chaotiques sur tout ce que je touche... En éternelle dilettante ! ©Seshet Noun Tous droits réservés.
  • Contact